Sur cette grande piscine à l’eau parfaitement limpide, poussent des stalagmites colossales. J’ai envie de les lécher, mais mes maigres connaissances scientifiques me rappellent que je risque d’y rester collée, et d’y perdre ma langue. 
Il y a de grands matelas en mousse flottant sur la piscine, il fait frais. Je m’entretiens avec une fille, pas très grande, pas plus d’un mètre cinquante, d’origine maghrébine, aux traits réguliers. Elle a des yeux en amande, les lèvres joliment dessinées, et un grand nez orné d’une bosse que je trouve touchante. C'est son trait physique que je trouve le plus beau, le plus singulier. Elle a de grandes boucles brunes dans lesquelles je veux passer ma main. Je me retiens. Elle porte une robe rouge, elle est maigre, elle me plait. On a l’air de se connaître. Elle parle vite et fait de grands gestes vifs avec ses bras, comme pour compenser sa modeste charpente. Une expression de gaité démonstrative. Elle rie fort, et saute sur les matelas en mousse afin de nous faire tanguer et perdre l’équilibre. Elle saute d’un matelas à l’autre, navigant entre les mondes. 
Elle se dresse d’un coup et tend l’oreille. Elle perçoit un son. Un groupe de garçons entre dans la piscine. Leurs voix et cris résonnent, ils prennent trop de place et nous écrasent. Elle me dit que c’est son équipe de “foot sur mousse”, et qu’il vaudrait mieux que l’on se cache. Nous trouvons un troupeau de stalagmite à proximité, et nous installons sur un des matelas, logé a l’abri des regards. Les garçons s’approchent, ils ne vont pas tarder à arriver jusqu'à nous. Elle me regarde, et me dit que la seule solution que nous avons pour disparaître complètement, est de fondre l’une dans l’autre. Elle s'allonge sur moi. Je me réveille.

You may also like

Back to Top